www.forum.anglet.fr

Le forum de la Ville d'Anglet
Nous sommes actuellement le 19 Oct 2017, 03:24

Les heures sont au format UTC


Règles du forum


Veuillez cliquer ici afin de consulter les règles du forum



Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: BIL TA GARBI…UNE GESTION POSITIVE INQUIETANTE !
MessagePublié: 19 Juil 2013, 18:09 
Hors-ligne

Inscrit le: 27 Avr 2009, 12:05
Messages: 219
Bonjour,

Hormis bien sur,le choix d’une politique basée sur l’enfouissement et l’absence d’une véritable politique de valorisation énergétique (gazéification)ainsi que les projets de Canopia et Mendixka tant sur le fond comme sur la forme,la gestion administrative et financière,sous toute réserve, semble être maitrisée.

Le choix d’assurer la gestion directe du centre de tri,même si elle n’est pas sans arrière pensée fonctionnelle et qui d’ailleurs aurait du être générale,est une bonne décision.Par contre certaines décisions notamment en matière d’investissement et de projet futuriste et ailleurs sans doute,ce qui serait cocasse et laisserait sous-entendre que l’implantation sur le site de Batz,terrain trop petit et à l’opposé du barycentre ne serait pas anodine,nécessitent des explications claires et nettes :

COMITE SYNDICAL DU 06 Février 2013.

Proposition d’actualisation des autorisations de programmes pour l’exercice 2013 :

"On peut noter que sur l’année 2013, il est proposé dans l’Autorisation de Programme n°1 d’allouer une enveloppe spécifique de 9 000 € afin de réaliser, en coopération avec des collectivités voisines (SMTD 65, SICTOM du Marsan, SIETOM de Chalosse) une étude sur les débouchés des refus à Haut PCI (pouvoir calorifique) issus du tri des ordures ménagères résiduelles."...

Compte rendu des débats :
...
"Mme Gibaud Gentili se félicite qu’une étude menée avec les collectivités voisines du syndicat soit prévue pour travailler sur les débouchés des refus à Haut PCI qui seront issus des installations du syndicat. En effet,cela pourrait aboutir à l’horizon de 10 ans à réduire encore la part de déchets à enfouir.Une étude en collaboration avec les collectivités voisines permettra en plus de rechercher des synergies sur un territoire élargi." ...

Il est vrai que l’absence d’une véritable mise en œuvre globale de collectes sélectives des fermentescibles et de la production d’un compost pollué que personne ne veut contribuera à augmenter la quantité dite des"Combustibles Solides de Récupération (CSR)" déjà exploitatable avec en plus les encombrants et les déchets du BTP...(pour simplifier c’est plus de 100 000 tonnes/an qui sont enfouies au Pays Basque,dont une partie est récupérable par un tri préventif,plus les tonnages exportées).

A titre personnel nous sommes nombreux à trier chez nous et à effectuer des apports volontaires, mais nous payons entre autres en achetant les produits, le ramassage et le transport,les déchèteries,le tri en général et le TMB en particulier, l’enfouissement voire même l’incinération et en plus il faudrait fournir la matière première à quelques requins et profiteurs du système???Les élus nous prendraient carrément pour des vaches à lait et les dindons d’une farce grotesque que etc...

De toute façon nous ne pouvons rien attendre de bon d’un projet de TMB sur des déchets en mélanges et dont l’outil de base est un "bio-réacteur-rotatif-stabilisateur"(BRS)surnommé pompeusement sur le plan local "tube de fermentation",équipement aussi inutile que coûteux.

Quid de l’activité économique,des emplois directs et indirects locaux et des recettes fiscales générées par une bonne utilisation de l’argent public issues de nos déchets quotidiens ???

Je passe sur la poursuite éventuelle du site d’enfouissement d’Hazketa à Hasparren, élus, associations et administrés connaissent bien le dossier.

COMITE SYNDICAL DU 12 Juin 2013.

Délibération n°16 : Avenant Canopia travaux supplémentaires.

Par délibération n°2 du Comité Syndical en date du 14 avril 2010, le président du syndicat Bil Ta Garbi a été autorisé à signer et à notifier le marché n°2010/19 pour la construction et l’exploitation du pôle de valorisation des déchets CANOPIA à Bayonne avec le groupement URBASER SA/URBASER ENVIRONNEMENT SAS/DHA ARCHITECTES.Le marché a été signé le 04 juin 2010 et notifié le 09 juin 2010.

Par délibération n°14 du Comité Syndical en date du 13 octobre 2010, un avenant n°1 au marché n°2010/19 a entériné le transfert des droits et obligations de la société URBASER SA à URBASER ENVIRONNEMENT SAS. L’exécution du marché est ainsi depuis réalisée par le groupement conjoint URBASER ENVIRONNEMENT SAS (mandataire solidaire) – DHA ARCHITECTES.

Après deux ans d’études de conception et de procédure foncière, les travaux de construction du pôle Canopia ont pu débuter en juin 2012 et se déroulent dans le respect des engagements contractuels en termes de délai et de qualité de réalisation.

A ce jour, la majorité des ouvrages de génie civil sont terminés et la plupart des équipements sont en cours de montage. Les prochains mois seront consacrés :

- à la finition des travaux de bardage et de couverture ;
- aux travaux de VRD ;
- aux montages des derniers équipements et leur raccordement aux réseaux ;
- aux tests de chaque équipement individuellement, puis aux essais à vide des nombreuses chaines de tri et du traitement de l’air.

La mise en service du centre de tri des emballages ménagers est programmée pour l’automne 2013.
Celle du tri mécano-biologique est prévue durant le premier semestre 2014.

Depuis le début des études de conception et durant les travaux en cours, les équipes du groupement Urbaser Environnement ainsi que les équipes du Syndicat Bil Ta Garbi et ses assistants ont mené de nombreuses réflexions sur le projet dans l’objectif d’intégrer les meilleures techniques disponibles,d’anticiper certaines réglementations à venir, et d’optimiser certaines parties du projet.

Ces réflexions,lorsqu’elles ont été jugées pertinentes (sur les aspects techniques et financiers) par le Syndicat,son Mandataire (SEPA-Egis Eau) et le Cabinet GIRUS, assistant à la maitrise d’ouvrage sur cette opération, ont abouti à la proposition de modifications des spécifications du marché attribué au groupement Urbaser.

La majorité de ces modifications a pu être intégrée dans le projet sans plus-value financière(???*). Elles sont précisées dans l’avenant n°2 joint à la présente délibération avec les évolutions plus lourdes qui font l’objet de plus et moins-values financières( ???*).

* C’est quoi ?la bourse de Paris ?de New York ?de Tokyo ?.

L’avenant n°2 intègre également la prise en compte de la suppression d’un indice de révision 351002 de la série « Electricité moyenne tension tarif vert A ». Cet indice a été supprimé après sa valeur de juin 2012. Il est remplacé par la nouvelle série équivalente 351107 « Electricité tarif vert A5 option de base ».

Enfin, cet avenant n°2 intègre une modification de l’article 1.5.1 du CCAP relatif au délai
d’affermissement de la tranche conditionnelle « Exploitation du centre de tri des collectes sélectives »qui est porté à 13 mois à compter de l’ordre de service démarrage de la phase travaux.

Sur ces bases techniques, financières et administratives, il est proposé de conclure un avenant n°2 au marché,d’un montant de 1 091 899,29 €HT( ?*), soit +1,15% du montant du marché n°2010/19.
Au vu de ce qui précède, il est proposé aux membres du Comité Syndical…..etc….validé.

*Heeeeeeeeeeuuuuuuuu……comprenne qui pourra?Peut être un prochain gain au loto,qui sait?

En attendant bonnes fêtes de Bayonne et/ou bonnes vacances,du moins pour ceux qui y vont et en prennent !


:mrgreen:


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: BIL TA GARBI…UNE GESTION POSITIVE INQUIETANTE !
MessagePublié: 03 Sep 2013, 09:12 
Hors-ligne

Inscrit le: 27 Avr 2009, 12:05
Messages: 219
Bonjour(?),

"Il y en a beaucoup qui seront heureux d'apprendre que BTG envisage une éventuelle coopération avec diverses entités publiques ou autres,notamment ceux de l'agglo de Tarbes avec le SMTD 65,déjà en bis bis par ailleurs.Il est vrai qu'avec tous les problèmes causés par ces installations et les politiques mises en œuvre un peu partout,avec CANOPIA au moins nous sommes sur que du fait que le terrain trop petit avec les équipements inadaptés,le super méga compost dit biologique,sera peut être traité et épandu sur les terres LANDAISES,enfoui ou tout simplement utilisé comme combustible ....à TARBES!"

Info que vient de nous communiquer le président de l' A.D.R.I.S.E:

Association A.D.R.I.S.E:

Accueil.
Le syndrome de Pinocchio…

Certains élus et porteurs du projet de l'UTV 65, la future usine de TMB-méthanisation de Bordères sur l'Echez, semblent atteints d'un mal mystérieux dénommé "le syndrome de Pinocchio"…

Cette pathologie a fait son apparition en 2012 et les premiers symptômes ont été détectés chez le 1er Vice-président du Grand Tarbes qui est également maire de la commune de Bordères sur l'Echez, ainsi que chez le Président du SMTD 65.

Les signes les plus inquiétants sont des propos mensongers auxquels la personne atteinte croit fermement.

Voici les meilleurs extraits :

Le maire de Bordères sur l'Echez, le 14 décembre 2012 dans le bureau du maire de Bordères sur l'Echez en présence d'un témoin :

"Nous avons visité l'usine d'Angers, avec une délégation d'élus. Cette installation ne dégage aucune odeur… Peut-être un peu à l'intérieur des hangars… Nous avons doublés les capacités de filtrage de l'air vicié, par rapport à l'usine d'Angers."

"Si je me représente et si je suis élu, en cas de dégagement de nuisances par l'usine que nous allons faire construire à Bordères. Je prendrai mes responsabilités de maire. Je ferai arrêter l'usine jusqu'à ce que des modifications soient apportées afin qu'elle n'occasionne plus de nuisances…"

Le maire de Bordères sur l'Echez, le 04 juillet 2013, lors d'une réunion publique à Bordères sur l'Echez :

"Même en cas de nuisances, on ne peut pas faire arrêter l'exploitation d'une usine de 50 millions comme ça…"

Le 1er Vice-président de la Communauté de Communes du Grand Tarbes (Grand Tarbes), dans un article du magazine l'Agglo n° 40, à propos de la future usine TMB-méthanisation :

"Les gens ont été rassurés. Mais je tiens à préciser que, ni le Grand Tarbes, ni la Mairie de Bordères, ne se sont lancés à l'aveugle sur ce projet. Nous avons été visiter une demi-douzaine d'usines de méthanisation en Allemagne et en France. Nous avons constaté que selon les procédés que l'on désire, il y a peu de nuisances ou aucune nuisance. L'usine d'Angers, installée au milieu des lotissements, ne génère pas la moindre odeur."

Le Président du SMTD 65 dans un article de presse de la Nouvelle République des Pyrénées, le 04 juillet 2013 :

"Les investissements nécessaires à la qualité de vie des riverains seront faits à l’unité de méthanisation de Bordères, assure le président du SMTD 65 Guy Poeydomenge. Certes, les nuisances olfactives subies par les riverains des usines d’Angers et de Montpellier se sont effectivement produites. Mais elles ont conduit les collectivités à engager de nouveaux travaux pour y remédier. Le président assure que le projet de Bordères tient compte des difficultés rencontrées par les premières usines construites en France et bénéficie de tous ces retours d’expérience.

NDLR :

C'est le même bureau d'étude qui a étudié le projet d'usine de TMB-méthanisation d'Angers et celui de Bordères sur l'Echez qui en est la réplique.


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: BIL TA GARBI…UNE GESTION POSITIVE INQUIETANTE !
MessagePublié: 05 Sep 2013, 08:29 
Hors-ligne

Inscrit le: 27 Avr 2009, 12:05
Messages: 219
Bonjour(?),

"Les futurs élus(es) en charges des collectes et traitements des OM et assimilés en prendront peut être de la graine,quoi que ???"

Comment organiser la gestion des bio-déchets en France.

La France est en retard en matière de tri et de collecte des déchets organiques. L'Ademe s'est donc penchée sur les expériences de dix pays où ces pratiques ont été installées depuis plusieurs années et en tire les leçons.

Déchets / Recyclage | 04 septembre 2013 | Actu-Environnement.com.

"La collecte séparée des bio-déchets en France reste peu développée. En effet, alors que de nombreux pays de l'Union européenne l'ont adoptée depuis parfois plus de quinze ans, le nombre de collectivités françaises ayant mis en place ce type de gestion des déchets organiques reste extrêmement faible", note l'Ademe, en préambule de son étude sur l'état de l'art de la collecte séparée et de la gestion de proximité des bio-déchets.

Un retard qui se lit dans les chiffres : dans les pays où cette filière a été organisée depuis longtemps (Allemagne, Autriche, Belgique – Wallonie), les taux de valorisation atteignent jusqu'à 70%, contre 37% pour la France. De ce fait, le ratio d'ordures ménagères résiduelles (OMR) se situe dans ces pays entre 150 et 168 kg/hab/an contre 298 kg/hab/an en France.

L'Ademe s'est donc penchée sur les conditions de réussite de la filière organique dans dix pays (six pays de l'UE et le Canada, les États-Unis, l'Australie et la Suisse), afin d'en tirer les leçons pour rattraper le retard français.
Une volonté politique traduite dans la réglementation.

Dans ces pays, la gestion des bio-déchets a été définie comme une priorité de la politique des déchets et a donc été inscrite dans la réglementation.
Certains pays ont opté pour une interdiction totale (Suisse), ou partielle -limitée à la matière organique non prétraitée- (Allemagne, Autriche, Italie et Belgique) de l' enfouissement.
Le Royaume-Uni a opté pour des quotas d'enfouissement d'OMR pour chaque collectivité, la Belgique a établi un objectif de ratio maximum en kg/hab/an d'OMR par collectivité.
Enfin, d'autres régions ont également mis en place des objectifs de valorisation de la matière organique (Pays de Galles pour les déchets alimentaires, Espagne, Catalogne, Québec), ou de collecte séparée (Italie). La France a juste fixé un objectif général de valorisation des déchets.

"En comparant les résultats actuels avec les exigences réglementaires, on constate que dans la plupart des pays observés, les performances d'aujourd'hui se rapprochent des objectifs fixés, sauf pour l'Italie, l'Espagne, la Catalogne et le Québec qui ne tiennent déjà pas ou ne tiendront vraisemblablement pas les exigences de leur législation", observe l'Ademe.
La réglementation seule ne suffit pas à impulser une dynamique. De nombreux pays ont mis en place, avec succès, des mesures incitatives, que ce soit des taxes à l'enfouissement ou à l'incinération, des subventions aux collectivités ou une tarification incitative.

La collecte séparée gagne du terrain.

"La moitié des pays étudiés a soutenu le compostage domestique dans le passé, en appliquant souvent le schéma type des priorités plaçant la prévention avant la valorisation des déchets", analyse l'Ademe. Avec des résultats positifs : en Autriche, près de 80% de la population pratiquerait le compostage. Mais aujourd'hui, "avec la concentration de la population dans les villes, la pratique du compostage domestique devrait logiquement céder du terrain, les foyers préférant prendre un bac de collecte séparée des bio-déchets".
De même, malgré un coût plus élevé de la collecte séparée, les pays ayant mis en place un compostage de proximité, à l'échelle d'un quartier ou d'un immeuble, semblent l'abandonner peu à peu.

En Catalogne, seule région européenne à avoir mis en place une obligation de collecte séparée des biodéchets, 74% des communes sont desservies. D'autres pays affichent de bonnes performances : la Belgique - Flandre (67% de la population desservie), la Suisse (70 à 80%), l'Autriche (70 à 80%) et l'Allemagne (55 à 60%). Cette dernière a prévu, dans la loi sur l'économie circulaire et les déchets, de généraliser la collecte séparée en 2015.

Les conditions de réussite de la collecte séparée.

Mais comment mettre en place la collecte séparée ? "Un inconvénient souvent évoqué en France concernant la collecte des bio-déchets est le risque de nuisances olfactives, surtout en été", indique l'Ademe, ajoutant : "Les expériences italiennes et catalanes, avec l'utilisation de sacs biodégradables en papier ou en bio-plastique avec des bio-seaux ajourés pour la pré-collecte des déchets alimentaires dans les cuisines, en complément des bacs, prouvent que ce frein peut être débloqué".

Concernant la collecte, si la Belgique, la France et le Québec ont opté pour des bennes compartimentées OMR / bio-déchets, de nombreux pays ont préféré organiser une collecte spécifique, étant donné que les bio-déchets nécessitent d'être collectés plus fréquemment.
"Dans tous les pays observés, hors la Belgique (Flandre et Bruxelles-Capitale), le choix de la fréquence de la collecte des OMR est laissé à l'appréciation des collectivités, sans obligation de fréquence minimum", précise l'Ademe.

Sophie Fabrégat.

http:/www.actu-environnement.com/ae/news/biodechets-tri-collecte-separee-compost-19351.php4.

:mrgreen:


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Les heures sont au format UTC


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr